Historia fait une place à Marie de Lorraine dans l’histoire de France

N’en déplaise à ceux (et peut-être celles) qui pensent que les femmes puissantes de la Renaissance étaient soit des manipulatrices (Diane de Poitiers), soit des veuves noires (Catherine de Médicis), soit encore des Reines Sanglantes (Mary Tudor) – la réalité historique était toute autre. Au Seizième siècle, une constellation inédite dans l’histoire de l’Europe a vu de nombreuses femmes à la tête des plusieurs gouvernements : les Pays-Bas, la France, l’Angleterre et l’Écosse, pour en parler que des royaumes. Ces femmes de pouvoir ont été détestées, parfois admirées, mais certaines ont été simplement oubliées par l’histoire de France.

C’est une première depuis 1560 : la presse spécialisée française consacre enfin un article de deux pages à Marie de Lorraine-Guise. Contemporaine de Catherine de Médicis ou encore d’Élisabeth Ier d’Angleterre, Marie de Lorraine a toujours été éclipsée par sa célèbre fille Marie Stuart, reine des Écossais. Même si le règne personnel de cette dernière n’a duré que six ans, de 1561 à 1567, et que sa mère, pendant plus de vingt ans, a été la reine, la reine douairière puis la régente d’Écosse, l’histoire de Marie de Lorraine n’a jamais fait l’objet d’un article dans le cadre d’un dossier sur les femmes de la Renaissance.

HistoriaSpecial_RenaissanceFemmes_Couv

C’est chose faite. Fille ainée du premier duc de Guise, Marie de Lorraine a affrontée intrigues, guerres, assassinats et d’innombrables dangers et conflits avec courage et intelligence. Le numéro 40 du magazine Historia Spécial lui rend sa place parmi les reines et régentes d’Europe qui ont marqué le Seizième siècle.

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :