La mère oubliée de Marie Stuart

Ce blog est dédié à une princesse française oubliée de la Renaissance, Marie de Lorraine communément appelée Marie de Guise. Pour marquer le 500ème anniversaire de sa naissance, j’ai organisé en novembre 2015, en collaboration avec plusieurs membres des universités de Reims et de Lorraine, un colloque à Bar-le-Duc où Marie est née en novembre 1515. Deux autres manifestations académiques ont suivi, en février 2016 à Reims et en juin 2017 à Rambouillet.

Dans le monde britannique, Marie de Lorraine-Guise est connu sous le nom de Mary of Guise. Marie était la seconde épouse de Jacques V Stuart, roi d’Écosse (1512-1542), dont elle a eu une fille, Marie. Alors que la restauration et le réaménagement du palais Renaissance du château de Stirling en 2011 lui ont rendu son existence publique en Écosse, on cherche toujours en vain sa trace en France.

Marie de Lorraine, la mère de la fameuse Mary Stuart Queen of Scots, n’est pas la seule reine d’Écosse du seizième siècle aux origines étrangères, elle est précédée d’une princesse anglaise, Margaret Tudor (1489-1541) la fille du roi d’Angleterre Henry VII et sœur d’Henri VIII, et de Madeleine de Valois, fille du roi François Ier et première épouse de Jacques V Stuart, morte à peine un mois après son arrivée en Écosse en juin 1537, à seize ans.

Marie de Lorraine arrive en juin 1538 sur la côte est écossaise pour être sacrée et couronnée reine d’Écosse à l’abbaye de Holyrood en février 1540. La reine Marie est remplacée en septembre 1543 par son unique enfant survivant avec Jacques V né en décembre 1542, Marie Stuart. En août 1548, la jeune reine est envoyée en France pour la soustraire du Rough Wooing (la cour brutale) du roi d’Angleterre Henri VIII, qui la veut comme futur épouse de son fils unique et héritier du trône, Édouard.

Après des années difficiles et des relations complexes et changeantes avec le régent d’Écosse James Hamilton, comte d’Arran et duc de Châtellerault, la reine douairière d’Écosse part en septembre 1550 en France. À son retour sur les îles britanniques un an plus tard, elle rencontre le nouveau roi d’Angleterre le jeune Édouard VI, prétendant malheureux pour la main de sa fille.

En avril 1554, Marie Stuart nomme sa mère régente d’Écosse en son absence. Quatre ans plus tard, elle épouse à Notre-Dame-de-Paris le dauphin François. À la mort d’Henri II en juillet 1559, Marie reine d’Écosse devient aussi reine de France.

La vie est bien moins glorieuse pour sa mère. Après plus de cinq années difficiles dans un royaume écossais déchiré entre les factions pro-anglaise et pro-française, entre catholiques et protestants, entre partisans de la régente et partisans de l’ancien régent d’Écosse, Marie de Lorraine meurt au château d’Édimbourg le 10 juin 1560.

Mise à jour : 10 août 2019.

Publicités

12 Commentaires

  1. Bonjour,
    Quel type de manifestation culturelle souhaiteriez-vous organiser ? Nous organisons des conférences une fois par mois sur un thème écossais. Le 17 avril 2013 à 17h30 à l’ancien collège des Ecossais 65 rue Cardinal-Lemoine Paris (5e) par le Pr Philippe Cotamine : « Jeanne d’Arc hors de France : le cas écossais » – Vous pouvez aussi contacter le Club du Vieux Manoir
    http://www.clubduvieuxmanoir.fr (Mr François Berte 03 44 72 33 98) qui restaure le château de Guise à Guise dans l’Aisne.
    cordialement
    L. Delalande

    1. Bonjour M. Delalande,
      merci pour votre message. J’envisage l’oganisation d’un colloque courant 2015, mais je peux déjà faire des conférences pour sortir Marie de l’oubli en France. En Écosse par contre, elle est bien présente, notamment depuis la restitution du palais Renaissance de Stirling castle.
      Je viendrai à la conférence de M. Contamine. Au plaisir de vous y rencontrer ?
      Cordialement
      A. Bachstadt

      1. Bonjour Monsieur Bachstadt,
        Je vais justement au collège des Ecossais maintenant car nous avons une autre conférence par M. Michel DUCHEIN : « Du nouveau sur Marie Stuart » mais il était bien tard pour vous prévenir hier au soir.
        Je vais parler de votre projet à notre président Jacques Leruez et vous tiendrai au courant. Oui je serai à la conférence du 17 avril.
        Cordialement
        Lydie Delalande

  2. Bonsoir Madame,
    Je regrette de ne pas avoir pu assister à la conférence, elle était sans doute passionnante.
    Merci pour votre intérêt pour Marie de Lorraine. En France, la seule reine d’Écosse connue est Marie Stuart, qui n’était qu’à moitié française, son père Jacques V étant moitié écossais, moitié anglais (Tudor).
    Cordialement A. Bächstädt

  3. Van lancker Delphine · · Réponse

    Bonjour,

    Je travaille actuellement à l’écriture d’un romain dont Marie de Lorraine est un personnage important mais j’éprouve quelque difficultés à trouver des sources d’informations sérieuses concernant concernant sa vie. Je suis d’ailleurs tombée par hasard sur votre site en effectuant des recherches. Pourriez-vous me conseiller des ouvrages ?
    Cordialement,

    1. Madame,
      merci pour votre message. Je vous enverrai de la littérature sur votre mail dans quelques jours.
      Cordialement, A. Bachstadt

  4. I too would be interested in anything new about Marie de Guise. The most comprehensive study I know in English is by Pamela E. Ritchie: Mary of Guise in Scotland, 1548-1560: A Political Career, Tuckwell Press, 2002.

    1. Yes, that’s more or less the only recent book, plus Rosalind Marshall’s « Mary of Guise » (1977 and 2001). I’m working on the XIXth century literature at the moment and doing research in libraries. Will post on it, please keep in touch!

      1. P.S. Nothing about her was published in French in all the XXth century.

      2. Merci! I also have Marshall’s book and Merriman’s, The Rough Wooing, is useful.

  5. Ducoin Frederique · · Réponse

    D’après ce qu’on peut lire sur internet; Marie de Guise a ete inhumee en France a l’eglise St Pierre de Reims. Mais cette eglise a ete detruite. Je souhaiterais savoir si les restes de Marie de Guise sont toujours à cette même place ou s’ils ont été transféré ailleurs??? Je ne trouve de réponse nulle part. Si vous pouviez m’éclairer sur ce point, je vous en serais infiniment reconnaissante.

    1. Bonjour,
      Le tombeau de la régente d’Écosse se trouvait apparemment dans le coeur de l’église de l’abbaye Saint-Pierre-les-Dames, en effet détruite à la Révolution. J’ignore si les ossements et restes humains en provenance de l’église ont été déplacés ou réenterrés. À ma connaissance, il n’y a pas eu de fouilles dans ce sens sous la rue Marie-Stuart à Reims, l’emplacement du bâtiment autrefois.

Répondre à mariegm1210 Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :