Claude, premier des Guise

Portrait de Claude de Lorraine, premier duc de Guise (1496-1550). Peinture de Jean Clouet (1486-1540). Galerie Palatine, Florence

Portrait de Claude de Lorraine, premier duc de Guise (1496-1550). Peinture de Jean Clouet (1486-1540). Galerie Palatine, Florence

Dès sa naissance, Claude est un enfant privilégié. Il n’est pourtant pas l’ainé de la famille. Sa mère, Philippa de Gueldre, le nourrit d’amour et de crainte de Dieu, selon les dires d’un contemporain. Son père, René II de Lorraine, donne à Antoine, son fils aîné et frère de Claude, le duché de Lorraine et de Bar, mais il désigne Claude héritier des propriétés de la famille qui se trouvent du côté de la France :

« avec ce qu’outre nos dicts deux duchés avons terres et seigneuries, tant en France, Normandie, Picardie, Flandres, et Hainault qu’ailleurs pour suffisamment récompenser nostre dict fils Claude « .

Avec cette décision du père débute l’histoire d’une des plus puissantes familles du XVIe siècle en France, les Guises. Claude en sera le fondateur, et un des membres les plus glorieux. L’ambition démesurée de cette famille la mènera vers un destin tragique – plus fort le soleil brillera, plus noir seront les ombres. L’historien René de Bouillé, qui a écrit une Histoire des ducs de Guise, trouve des mots forts pour saisir la dimension épique de la maison cadette de Lorraine :

 » De sa gloire naissent les récompenses et la faveur, de la faveur l’influence, de l’influence le désir du pouvoir, désir immodéré qui, s’appuyant sur les plus vastes intrigues, recèle en lui la révolte, l’usurpation, et finit par devenir fatal à ceux-là même qui l’ont conçu. Ainsi donc, noble exposition, péripétie saisissante, liées par un enchaînement rigoureux qui se développe à mesure qu’on pénètre dans le détail des faits, qu’on s’attache pas à pas à la trace de ces hommes auxquels on peut, sans exagération, attribuer réellement le caractère d’une des plus frappantes apparitions qu’il ait plu à la Providence de livrer aux regards du monde et à la mémoire des siècles. » (Histoire des ducs de Guise, t. I, 1849).

René II de Lorraine et sa femme Philippa commandent vers 1485 une « Genealogia Renati II, ducis Lotharingiae« , qui sera achevé vers 1508. En haut du folio 039 verso, au-dessus de ses parents René II (à gauche) et Philippa, se trouve le portrait de Claude, entouré de ses frères Antoine (à sa droite), futur duc de Lorraine, et Jehann (Jean), futur cardinal de Lorraine.

Genealogia Renati II, ducis Lotharingiae, détail. © Paris, Bibl. de l'Institut de France, ms. 0679

Genealogia Renati II, ducis Lotharingiae, détail. © Paris, Bibl. de l’Institut de France, ms. 0679

Quand Marie naît en novembre 1515, premier de douze enfants qu’il aura avec son épouse Antoinette de Bourbon, Claude, qui a seulement dix-neuf ans, a déjà connu et servi deux rois de France, Louis XII puis François Ier. Il a aussi survécu à plusieurs batailles, notamment pendant les guerres d’Italie. La petite Marie a alors failli ne jamais connaître son père. En août 1515, Claude a été grièvement blessé lors d’une bataille contre les Suisses, et on le pensait mort. Mais le jeune prince se rétablit, et il peut rentrer début 1516 pour retrouver sa femme Antoinette au château de Bar, et embrasser sa première fille.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :