La sage et belle Marie d’Acigné, dame de Canaples

AssignyNGS

Jean Clouet, Marie d’Acigné, dame de Canaples © National Galleries of Scotland, cote NG 1930

À Édimbourg, au premier étage de la National Gallery of Scotland, se trouve un petit portrait d’une femme d’environ vingt ans peint par Jean Clouet (1480-1541). Cette jeune femme est Marie d’Acigné ou Assigny, représentée en profil trois-quart, avec un visage rond illuminé d’un beau sourire serein. Elle porte une magnifique robe de velours rouge sur des manches en soie blanc. La jeune Bretonne était arrivée à la cour de François Ier pour devenir l’une des dames d’honneur de la reine Claude. Après la mort de la reine en 1524, elle est attachée à Louise de Savoie, mère de François Ier, puis dès 1530, elle entre au service de la nouvelle reine, Éléonore d’Autriche. Marie d’Acigné quitte la cour, comme beaucoup d’autres nobles, à la mort de François Ier en 1547.

Son portrait a probablement été peint en 1525, à l’occasion de son mariage avec Jean VIII de Créqui, seigneur de Canaples. Jean de Créqui, dont la famille était originaire de l’Artois et de Picardie où se trouvait son fief de Canaples, a alors environ 35 ans. Son arrière-grand-père, Jean V de Créquy, était parmi les premiers chevaliers de l’Ordre de la Toison d’Or, crée en 1430 par Philippe le Bon, duc de Bourgogne. L’époux de Marie d’Acigné a survécu à la catastrophique bataille de Pavie en février 1525; il est un combattant féroce, très bon jouteur, et commandant d’un des deux compagnies de cent gentilshommes de François Ier.

Le nom Acigné est associé au magnifique château de La Roche-Jagu qui appartenait à la branche cadette de la famille. Marie est la fille cadette de Jean VI d’Acigné, frère de Guillaume d’Acigné, seigneur de la Roche-Jagu.

Le petit tableau de Clouet, exécuté en huile sur panneau de bois, est arrivé à la National Gallery en 1941 par legs de Philip Kerr, 11ème Marquess of Lothian. Cet homme politique britannique, né à Londres en 1882, est mort aux États-Unis en 1940. Sa propriété de Blickling Hall, situé à Aylsham dans le comté de Norfolk au Sud-Ouest de l’Angleterre, est liée à la deuxième épouse du roi Henri VIII, Anne Boleyn, qui y est probablement née.

Un portrait au crayon noir et sanguine de la jeune Bretonne, esquissé par Jean Clouet vers 1525 , fait partie des dessins de la collection de la reine Catherine de Médicis, épouse d’Henri II.

Jean Clouet, Marie d'Acigné, dame de Canaples

Jean Clouet, Marie d’Acigné, dame de Canaples © RMN-Grand Palais (domaine de Chantilly) / René-Gabriel Ojéda

Une brève description du dessin ainsi que du tableau d’Édimbourg se trouvent dans l’ouvrage d’Alexandra Zvereva, Portraits dessinés de la cour des Valois (Arthéna 2011). Zvereva y cite un poème de Clément Marot, composé pour Marie d’Acigné en 1538 :

Nos yeux de voir ne sont las / Sous Atlas

Plusieurs Déesses en grâce / Dont Canaples tient la place

De Pallas.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :